Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"
Accueil > Historique > Pizza et immigration italienne, une trajectoire étroitement liée

Pizza et immigration italienne, une trajectoire étroitement liée

La pizza a une histoire fascinante, puisqu’il s’agit du plat qui a le plus voyagé à travers le monde. Les migrants Italiens, partout où ils se sont installés, ont amené dans leurs bagages ce symbole populaire qui a su s’adapter à chacune de ses terres d’accueil. De la fin du 19e siècle à nos jours, retraçons ensemble ce parcours hors du commun.
Pizza et immigration italienne, une trajectoire étroitement liée

Quitter sa terre n’est jamais simple, alors autant essayer d’emporter avec soi un peu du pays. C’est certainement ce que se sont dit les Italiens qui ont traversé mers et frontières pour survivre, en faisant de la pizza le symbole de leur patrie. Partout où l'on trouve des italiens, on trouve des pizzas ! Retour sur le voyage de ce plat aux côtés des migrants.

Pizza et immigration, une histoire commune

L’histoire de la naissance de la pizza est confuse, du fait de la variété de pizzas régionales en Italie avant l’apparition de la Pizza Rouge, avec de la sauce tomate, que nous considérons comme la pizza classique. Cette dernière naît à Naples en 1889, lors de la visite de la Reine Marguerite qui donne son nom à la Pizza Margherita.

Mais c’est à la fin de 19e siècle, alors que l’Italie connaît un exode massif, que sa démocratisation commence. La diaspora, causée par une surpopulation rurale et la crise agricole qui en découle, est le point de départ d’une gigantesque immigration des Italiens vers plusieurs pays. D’abord vers la France, la Belgique et la Suisse, puis plus tard vers les États-Unis, le Brésil ou l’Argentine.

Avec eux, ils emportent une part de leur culture et c’est ainsi que la pizza commence son périple.

Le symbole d’un Italien loin de chez lui

Les plus gros consommateurs de pizza sont les Américains, avec 13 kilos par an, suivis de près par les Français qui consomment plus de 10 kilos de pizza chaque année. Tout sauf un hasard, pour ces pays qui ont accueilli plusieurs millions d’oriundi, les Italiens de l’extérieur.

La pizza est un mets populaire, qui peut facilement être reproduit n’importe où. Il suffit d’un peu de farine, d’eau, de levure, du basilic et de la tomate pour obtenir sa forme la plus simple. Peu à peu, elle a commencé à envahir les étals du monde entier, avec le succès qu’on lui connaît. Et pour l’italien à l’étranger, c’est une manière de se rappeler à ses origines.

Aviez-vous remarqué que la pizza basique, avec sa tomate, sa mozzarella et son basilic frais, reprenait les couleurs du drapeau Italien vert, blanc et rouge ? Elle devient alors le symbole d’un pays tout entier et obtient une place prépondérante dans l’identité culturelle italienne, qui s’exporte de pays en pays.

Comment la pizza s’adapte en terre inconnue ?

Mais la pizza italienne est-elle identique à travers le Globe ? Non, car elle a su s’adapter au palais et aux habitudes de chaque peuple. Si l'on considère que la vraie pizza est celle faite par les pizzaioli napolitains, dont le savoir-faire a été reconnu par l’Unesco comme Patrimoine immatériel de l’humanité, on trouve d’autres variétés, parfois surprenantes.

La pizza américaine, plus épaisse, avec sa garniture abondante, correspond davantage au mode de consommation des Américains. Mais on trouve aussi une pizza à la morue au Portugal, la pizza à la raclette en France, ou la très controversée pizza Hawaïenne avec ses morceaux d’ananas… Les puristes crieront au scandale, mais n’est-ce pas la nature même d’un plat populaire que de s’adapter aux goûts du plus grand nombre ?

Publié le 28/09/2018