Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"
Accueil > Brèves de la pizza > Margherita blasphémée : scandale en Italie

Margherita blasphémée : scandale en Italie

Margherita blasphémée : scandale en ItaliePhoto: Yuichi Sakuraba
Le 11/04/2018

En Italie, il n’y a pas que le Vatican qui soit sacré. Il y a aussi la pizza, ce plat national qui a conquis le monde sous des formes pas toujours heureuses. Afin de préserver l’authenticité du plat national, les autorités culinaires veillent au grain.

Et les gastronomes de la péninsule sont furieux. La pizza Margherita, la plus célèbre de toutes, a été victime d’un attentat gastronomique. Un restaurateur milanais a osé y rajouter des graines et des céréales complètes. Et pas n’importe quel restaurateur. Il s’agit ni plus ni moins de Carlo Cracco, chef étoilé, ex-juge du Master Chef italien et chef de "Hell's Kitchen" version transalpine. Mais l’outrecuidance ne s’arrête pas là : Cracco a osé vendre ce plat basique, accessible et populaire au prix indécent de 16 € au lieu des 4 € habituels en Italie.

Historiquement, une Margherita, c’est pâte, tomate, mozzarella, basilic, blanc, rouge, vert, comme l’Italie, et rien d’autre, si ce n’est une pincée de sel et un filet d’huile d’olive ! Ce n’est pas un coup d’essai pour Carlo Cracco. Il a déjà été l’auteur d’un crime de lèse-gastronomie en 2015, en affirmant que l’ail était l'un des ingrédients de base de la sauce amatriciana.

Comme attendu, les internautes s’en donnent à cœur joie sur les réseaux sociaux. Des petits malins lui rappellent avec gourmandise qu’il a récemment perdu une étoile au Guide Michelin. D’autres préconisent qu’on lui retire non seulement l’étoile qui lui reste, mais également sa nationalité italienne et son permis de conduire !

Cette "affaire Cracco" est d’autant plus malheureuse pour l’Italie que l’art de la pizza napolitaine est entré au patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco en 2017. Carlo Cracco, quant à lui, prend cette polémique avec détachement. Quand on a été capable de faire la une de GQ avec une fille nue tenant une grosse daurade dans la main, on a le cuir tanné.

Ça peut aussi vous intéresser

Qu'est-ce qu'on mange ?