Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"
Accueil Brèves de la pizza En Italie, une polémique autour du prix des pizzas agace les Napolitains

En Italie, une polémique autour du prix des pizzas agace les Napolitains

En Italie, une polémique autour du prix des pizzas agace les Napolitains Photo : Anna Shvets

Quand on accuse les Napolitains d'utiliser des ingrédients de basse qualité pour préparer leurs pizzas, il faut s'attendre à une riposte virulente. Et Flavio Briatore en a fait les frais dernièrement.

L'entrepreneur à succès Flavio Briatore, connu entre autres pour avoir été directeur de l'équipe de Formule 1 de Renault, a récemment lancé une chaîne de pizzeria de luxe répondant au nom de "Crazy Pizza". Après avoir ouvert des établissements à Londres, à Porto Cervo et à Monte Carlo, ses restaurants ont débarqué en Italie, à Rome (en février 2022) puis à Milan (en mars 2022), non sans créer une polémique nationale. Ce qui leur est reproché ? Des pizzas affichées à un tarif exorbitant sur les menus !

La pizza la moins chère du menu est à 14 euros, pour une simple pizza à la tomate (avec ail, origan et basilic) et la Margarita à 15 euros. Une "Quatre-fromages" coûte 23,50 euros, tandis que la calzone est facturée 26 euros. On trouve même une pizza au jambon cru Pata Negra au prix de 65 euros. Des prix élevés très critiqués sur les réseaux sociaux, mais la polémique aurait pu s'arrêter là si Briatore avait su tenir sa langue.

Face aux critiques, l'homme d'affaires s'est défendu en expliquant d'abord que les clients lui disaient qu'il s'agissait « de la meilleure pizza qu'ils avaient jamais mangée », que les produits utilisés étaient « les meilleurs d'Italie » et qu'« aucun client ne s'était jamais plaint du prix ». Puis, il s'en est pris aux autres restaurateurs.

« Comment font-ils pour vendre des pizzas à 4 ou 5 euros ? Quels ingrédients utilisent-ils pour garder des tarifs aussi bas ? Que mettent-ils dans leur pizza ? » Des sous-entendus remettant en cause la qualité des pizzas qui ont fait réagir à Naples, berceau de la pizza, où les attaques de Flavio Briatore ont été prises comme de véritables provocations chez les consommateurs comme chez les professionnels du secteur de la pizza.

Face à cela, Gino Sorbillo, propriétaire d'une chaîne de pizzérias napolitaines, célèbre en Italie, a organisé une dégustation gratuite de pizzas avec des clients et des journalistes en les apostrophant : « Nous, on l'a fait comme ça, avec ces ingrédients… Goûtez-la et dites-moi ce que vous en pensez ! » Il a rappelé à cette occasion que la pizza est née comme un plat populaire, à la portée de tous, et qu'il devait le rester.

Même son de cloche du côté de Sergio Miccú, le président de l'Association des pizzaioli napolitains, qui rappelle que même si de grands chefs s'emparent de ce plat emblématique, les pizzas classiques devraient respecter la tradition et rester des plats de pauvres, accessible à tous, comme elles l'ont été tout au long de l'histoire de la pizza.

Si le succès des établissements "Crazy Pizza" semble au rendez-vous, les commentaires en ligne concernant la qualité des pizzas sont très mitigés. Certains lui reprochent sa pâte sans levure qui la rend similaire à « une biscotte » ou à « une soucoupe volante », quand d'autres parlent « d'une insulte à la pizza ». Il s'agit peut-être de retours de Napolitains en colère, ou peut-être d'une vérité. Seule une comparaison minutieuse avec la recette de la vraie pizza italienne devrait permettre de savoir ce qu'il en est.

A lire ailleurs