Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"
Accueil > Brèves de la pizza > L'art du pizzaïolo au patrimoine immatériel de l'humanité

L'art du pizzaïolo au patrimoine immatériel de l'humanité

L
Le 15/01/2018

Ça y est, c’est fait ! Après moult démarches, la pizza est enfin au patrimoine immatériel de l’humanité. Mais attention, il ne s’agit pas de la douteuse galette de farine recouverte d’ingrédients plus hétéroclites les uns que les autres qu’on retrouve au rayon surgelés. Les Napolitains veillent au grain : il s’agit bien de la pizza napolitaine et d’aucune autre qui se retrouve ainsi au sommet de son piédestal onusien. Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement du plat, mais également de la manière de le concocter.

En effet, les Napolitains, craignant de voir leur fierté culinaire dévoyée en même temps que son expansion planétaire, ont codifié noir sur blanc la manière de la préparer. Nulle machine, nul rouleau à pâtisserie toléré pour mériter le label « Verace Pizza Napoletana ». Seul l’artiste pizzaïolo, faisant virevolter la pâte dans les airs, est apte à fabriquer ce mets estampillé qui, selon la tradition, doit être croquant sur les bords et tendre au milieu.

Pour appuyer cette candidature, une pétition avait réuni deux millions de signataires au niveau mondial, à la plus grande satisfaction du président de l’association des pizzaïolos napolitains, Sergio Miccu.

Le jury s’est réuni du 6 au 9 décembre 2017 sur l’île de Jeju, en Corée du Sud, pour choisir les lauréats parmi tous les prétendants. L’art du pizzaïolo napolitain a été retenu pour "[représenter] le savoir-faire culinaire lié à la réalisation de pizzas, associant gestuelle, chansons, expressions du visage, argot local, manipulation de la pâte à pizza, spectacle et partage", selon la décision de l’Unesco. Une consécration pour ce plat qui est à l’origine, ne l’oublions pas, un plat de pauvre, ou comment accommoder les restes sur un morceau de pâte.

La pizza napolitaine n’est pas la seule entrée au patrimoine immatériel de l’humanité en 2017. Décrochent également la timbale le chant de travail du llano colombo-vénézuélien, le langage sifflé de la Turquie, ainsi que les parcours rituels dans la ville de La Paz pendant l’Alasita.

Ça peut aussi vous intéresser

Qu'est-ce qu'on mange ?